Le printemps, la vigne et le vin

PRINTEMPS

À la vigne, c’est le début du cycle : c’est le moment de l’éclosion des bourgeons, appelé débourrement. Il faut que la température soit largement au-dessus de 0 °C pendant une bonne période de temps (le mois d’avril) : le risque principal est alors la gelée qui détruit les fragiles premiers bourgeons et rameaux.

Le Gel : après le débourrement c’est un fléau, il peut occasionner la perte totale de la récolte. Pour un vigneron, pas beaucoup de solutions pour se protéger de celui-ci. Par anticipation, il pourra retarder la taille pour retarder le débourrement et utiliser des haies à bon escient pour gérer les courants d’air sur des terroirs en pente. Au moment des gelées, des solutions plus ou moins coûteuses et écologiques peuvent minimiser les pertes : tours antigel envoyant l’air plus chaud vers le bas,  brassement d’air avec des hélicoptères au levé du jour, chauffage dans les vignes (fils électriques),  pneus brûlés, dispersion d’eau (protection par l’eau gelée autour des rameaux), traitements chimiques apportant une meilleure résistance de la plante.

Les travaux : au printemps, le viticulteur commence à travailler sa vigne pour la renforcer. S’ensuit une période de croissance forte des rameaux, la vigne comme de nombreuses plantes et arbres utilise les réserves de glucides accumulées et stockées l’année d’avant. C’est une période pendant laquelle la vigne a besoin d’eau. Le stress hydrique est alors malvenu.
Au mois de mai, les fleurs apparaissent et la pollinisation peut commencer, c’est la nouaison. Cette phase nécessite de la chaleur, du soleil et surtout pas de pluie. Certaines fleurs pollinisées se transformeront alors en grappes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *